Passionné de voyages et de photos


Voyages photos - l'auteur

Depuis de nombreuses années j'ai deux passions : le voyage et la photographie. J'ai eu et j'ai encore la chance de pouvoir partir des week end ou quelques semaines avec mon sac à dos et mon appareil photo à la découverte des continents. Mes voyages m'ont permis de découvrir les principaux pays européens ou plutôt les grandes villes européennes. L'Italie et l'Allemagne sont sans aucun doute les pays que j'apprécie le plus. Ce que j'apprécie dans le voyage, c'est la culture, l'architecture et l'histoire de ces pays. Nous avons la chance en Europe d'avoir d'importantes traces de notre histoire commune. Les villes et villages possèdent d'importants vestiges de ces époques. En Italie, par exemple, j'aime découvrir le passé romain, mais aussi médiéval. Le nord du pays est fascinant pour cela. Lors de mes voyages j'aime me poser et regarder les scènes de la vie quotidienne. A Sienne, par exemple, s'asseoir sur une petite place qui surplombe la vieille ville est un moment unique. Vous profitez pleinement des lieux et ressentez le temps qui passe, l'instant présent. Vous voyez les habitants vivre, prendre des nouvelles des uns et des autres, s'enerver. Bref la vie quoi. Voyager c'est l'occasion d'élargir ses horizons.

En Allemagne, les villes ont été fortement détruites pendant la seconde guerre mondiale. Pourtant, même si les principaux centres historiques ont disparu, les villes ont une âme. Les habitants sont accueillants, viennent spontanément vers vous. On est loin du modèle français qui de principe a peur de l'autre.

Le voyage sur les autres continents est l'occasion de quitter ses certitudes et ses vérités. C'est accepter d'être chamboulé. Ce que j'apprécie dans le voyage ce sont à la fois le ressenti des émotions positives comme négatives. Je garderai toujours en mémoire cette visite d'une ville en Chine. En arrivant, la pollution était omniprésente, palpable, visible, bien au dessus des pics de pollution que l'on trouve à Paris. Dans cette ville chinoise, le ciel bleu n'apparaissait pas. Seul un nuage blanc vous enveloppait. Les plantes vertes étaient devenus des plantes blanches. Les habitants se promenaient tous avec des masques. Les camions étaient partout. L'hôtel était sinistre. De grandes chambres sans âme, une grande salle pour prendre le petit déjeuner quasiment vide et en plus une nourriture rationnée. Il fallait se battre pour obtenir deux toasts. Bref, qu'une envie, partir, fuir, s'échapper, revenir à son petit confort. Finalement, le voyage c'est aussi ces moments là.

Partir à la rencontre des différences


La photo, des rencontres

L'Asie est sans doute le continent le plus différent du notre. Chaque pays asiatique a sa culture propre, ses codes et coutumes. L'Inde et le Japon vous emmènent dans des lieux que vous ne maitrisez pas, que vous ne comprennez pas. J'avoue ne pas préparer mes voyages. Je regarde un peu avant les visites à faire. Mais je préfère d'abord arriver en limitant au maximum les à-priori. Sur place, je me laisse guider par ce que je vois, l'entends ou je sens. Cela facilite la rencontre, comme à Jodhpur en Inde. Fatigué de mes promenades, je m'étais assis sur un semblant de trottoir et regardait l'animation de la rue. Un jeune passait alors en moto. Il s'arrêta et me proposa d'aller chez lui pour fêter son anniversaire. Je montai alors sur la moto dans les ruelles étroites de la ville en empruntant les ruelles étroites de la vieille ville. Arriver au domicile, on m'offrit une superbe part de gateau avec de la mousse partout. Tous me regardaient manger, heureux d'offrir à l'étranger. Vous imagniez ça en France ? Au Japon, s'asseoir devant un jardin zen, sans en comprendre la signification, mais en prenant le temps de regarder et d'écouter, est unique.

C'est tout cela que je souhaite partager avec vous. Ces moments forts qui font la richesse du voyage. La rencontre avec l'Autre différent de nous. Dans ces temps troublés, où les pays se referment sur eux-mêmes, obnubilés par la peur de l'étranger, où les murs se construisent pour bien séparer les hommes, où le nationalisme refait surface avec beaucoup de vigueur, il est d'autant plus important de partir pour comprendre que ce qui fait notre richesse est justement la différence.

Passion pour la photo


Passion pour la photographie

Côté photographie, j’ai utilisé plusieurs types d’appareils photos : le reflex et le Leica. Après plusieurs années à avoir utilisé un reflex Canon, je suis revenu à mes premiers amours, le Leica M. Plusieurs raisons à ce choix : le poids du réflex. J’en avais assez de me promener avec un appareil super lourd, notamment avec les objectifs, un gros sac à dos sur le dos pour tout emporter. Certes j’avais l’avantage des zooms, des supers grands angles ou des objectifs macros. Seul bémol : la discrétion. Franchement, photographier une personne avec un objectif 70/200mm, c’était un peu violent pour elle. De même, je ne passais pas inaperçu. Pas simple quand on souhaite se fondre dans la foule. Finalement, après réflexion, j’ai préféré revenir aux fondamentaux de la photo avec un appareil simple, discret, silencieux et aucunement agressif. Le Leica M permet cette photo. Elle facilite la rencontre et les personnes ne se sentent pas agressées. Je ne suis pas protégé par l’appareil photo. La relation et la communication en sont simplifiées et favorisées. J’utilise deux objectifs : le 50mm summicron et le 35mm summicron. Autant dire que si vous souhaitez photographier les personnes, il faut vous approcher et passer au-delà de vos peurs pour engager la conversation. La plupart du temps vous n’aurez pas de difficultés. Je repense à ce vieux Monsieur assis sur son banc dans le village de Belcastel dans le sud-ouest de la France. Il faisait chaud et il était à l’abri sous les arbres. Nous avons bien discuté de la vie du village et de la façon dont il percevait le monde de la ville « pour rien au monde je quitterai mon village, même si aujourd’hui il y a peu d’habitants, à part les anglais ». Lorsque j’ai pris sa photo il était en fait heureux. Le fait de communiquer et d’établir une relation évite la photo volée, vous savez quand vous êtes loin de la scène et des gens, bien cacher derrière votre gros objectif. Certes parfois vous ferez de belles photos, mais avec le sentiment d’avoir volé un petit quelque chose à une personne. Finalement, faire de la photo de la sorte c’est un peu triste.

Lorsque vous faites des photos en voyage, vous découvrez aussi le rapport que chaque culture a avec l’image. En France, par exemple, c’est particulièrement compliqué. Très souvent les personnes opposent un refus avec à chaque fois un air renfrogné. En revanche, en Allemagne, par exemple, les gens viennent vers vous, engagent la conversion et se prêtent au jeu. Il en est de même en Asie, notamment en Inde ou au Japon. L’image fait partie de leur vie. Dans les grandes villes indiennes, par exemple, les enfants et même les adultes viennent vous voir pour simplement être pris en photo. Ils adorent regarder après ce que cela donne sur l’appareil et là très souvent on a des éclats de rire. Au Japon, les jeunes, habillés comme dans les mangas prennent la pose avec de beaux sourires. En revanche, au Maghreb, c’est plus compliqué, voir difficile. Le rapport à l’image semble conditionné à l’Islam. Photographier une femme est quasiment impossible. Je pense que le seul moyen pour faire un reportage photo est d’être introduit dans une communauté et de passer du temps avec les habitants. Attention aussi lorsque vous photographiez des monuments officiels. Maintenant je m’aperçois que les passants regardent l’appareil mais plutôt avec le regard : ça existe encore ce truc ? Et bien oui. Et c’est très bien ainsi. Voilà j’espère que ces quelques lignes vous donneront envie de faire un tour le site. Et surtout, si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à m’envoyer un message.